Un outil « stratégique »

Dépêche n°181549
Paris, lundi 15 avril 2013, 16:03:27

 

Espaces numériques de travail : un outil « stratégique » pour les chefs d’établissement (enquête ministérielle « EvaluENT »)

·         Source : Enquête nationale 2012 « EvaluENT » sur les usages des espaces numériques de travail du second degré, http://cache.media.eduscol.education.fr/file/ENT/46/6/EVALuENT-synthese-enquete-2012-VF_241466.pdf

 

« Une grande majorité des chefs d’établissement (entre 65 % et 73 % selon le type d’établissement) considère l’ENT (espace numérique de travail) comme stratégique dans la mise en œuvre de son projet ou de son contrat d’objectifs en cours », indique l’enquête « EvaluENT » publiée mi-avril par le ministère de l’Éducation nationale (1). Plus des deux tiers des chefs d’établissement et des enseignants interrogés disent accéder à un ENT « depuis 3 ans et moins ». Plus de 4 000 collèges et lycées disposaient à la rentrée 2012 d’un ENT, soit près de 6 millions d’usagers (élèves, enseignants, parents, personnels). Le ministère souligne que 63 départements et 19 régions sont concernés par un projet de généralisation.

L’enquête nationale du ministère sur les ENT fait apparaître que « dans 15 % des établissements, les comptes parents n’ont pas été créés (ou distribués) » et que « 11 % des établissements disposant de l’ENT depuis 1 an et moins n’ont pas encore ouvert aux élèves ». De même, « près de la moitié des personnels techniques ou rattachés à l’établissement n’ont pas de compte d’accès à l’ENT (ou n’en ont pas connaissance) ». Les collaborations entre ENT d’établissements différents « commencent à apparaître » : 9 % des enseignants et 6 % des chefs d’établissements citent celles entre établissements de même niveau, 6 % des chefs d’établissements et 4 % des enseignants entre écoles, collèges, lycées.

DES SERVICES APPRÉCIÉS

La participation des élèves et des parents aux « décisions et choix relatifs à l’ENT » se fait parfois au travers de « comités utilisateurs ». Ces comités sont « principalement installés au niveau académique et territorial (27 % des porteurs de projets) » et rarement (3 %) au sein des établissements. Les démarches d’évaluation des usages des ENT à l’échelle d’un établissement concernent une minorité : 20 % des chefs d’établissement interrogés y font mention.

D’une manière générale, la « qualité de service » proposée « est jugée satisfaisante par l’ensemble des usagers ». Apprécié comme outil de communication et de vie scolaire par les chefs d’établissement et les enseignants, l’ENT est surtout utilisé par les élèves et leurs parents pour « le suivi des activités et du travail à réaliser ». Les chefs d’établissement y trouvent « un effet positif sur le rapprochement des personnes » au sein de l’établissement et avec les familles. Du côté des enseignants, les pratiques autour de l’outil apparaissent « variées ».

46 % DES ENSEIGNANTS NE SAVENT PAS S’IL Y A DES RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

Près des trois-quarts (73 %) des enseignants interrogés déclarent utiliser leur ENT tous les jours, et 20 % une fois par semaine. Un tiers des élèves et 36 % des parents s’y connectent quotidiennement, ils sont environ 40 % à le consulter chaque semaine, 6 % des élèves ne l’utilisent jamais et « seulement 1 % » des parents. Près de la moitié (46 %) des enseignants et des élèves déclarent « ne pas savoir s’il existe des ressources pédagogiques accessibles via l’ENT ». Ceux qui y accèdent citent d’abord les banques de données, puis les « ouvrages de référence » et dictionnaires, et les manuels numériques.

« La formation ne semble pas constituer un facteur déterminant sur la fréquence d’utilisation de l’ENT », souligne l’enquête. Si 63 % des chefs d’établissement ont été formés à cet usage au cours des deux premières années de mise en place de l’ENT, « très peu de formations sont dispensées les années suivantes ». Les chefs d’établissement sont 37 % à déclarer avoir suivi des formations « spécifiquement liées à leur métier », les enseignants 46 %.

Pour accéder à l’ENT, près de la moitié (49 %) des établissements ont en moyenne un ordinateur pour cinq élèves « et moins », 18 % un ordinateur pour six à huit élèves, un tiers un ordinateur pour neuf élèves et plus et « seuls 3 % des établissements équipent chaque élève d’un ordinateur ». L’enquête signale également que « 96 % des autorités académiques et territoriales proposent des prêts de matériels » pour les familles qui ne sont pas équipées, et 38 % des EPN (espaces publics numériques).

(1) L’enquête, en ligne, a été menée de mars à avril 2012 auprès de 572 établissements scolaires du second degré des 30 académies.

 

·         Source : Enquête nationale 2012 « EvaluENT » sur les usages des espaces numériques de travail du second degré, http://cache.media.eduscol.education.fr/file/ENT/46/6/EVALuENT-synthese-enquete-2012-VF_241466.pdf